Travailler au Luxembourg : salaire et imposition

3 min / 12 chapitres 20/05/2018
Accès libre

Au Luxembourg, les salaires sont librement négociés entre l’employeur et le salarié sur la base d’un salaire minimum légal. L’impôt est prélevé à la source sur le salaire perçu. Quels sont les montants des salaires ? Comment est calculé l’impôt ? Quels sont les crédits d’impôt des salariés, des indépendants ? Relodesk vous dit tout !

Détermination du salaire au Luxembourg

Au Luxembourg, en règle générale, le salaire est librement déterminé entre l’employeur et le salarié au moment de la signature du contrat de travail. Il existe toutefois un salaire minimum applicable en fonction de la qualification du salarié.

Les salaires peuvent également être impactés par deux types d’ajustement :

  • L’augmentation des minima sociaux,
  • L’indexation des salaires.

Salaire minimum social

Au Luxembourg, il existe un salaire minimum social (SSM). Il varie selon le niveau de qualification du salarié, voire son âge dans certains cas.

Salarié non qualifié

Au 1er août 2018, le salaire social minimum non qualifié s’élève à 2.048,54€ brut, soit environ 1.764€ net.

Il peut toutefois être réduit selon l’âge de la personne. C’est notamment le cas des mineurs (c’est-à-dire moins de 18 ans).

Salarié qualifié

Le salaire social minimum qualifié s’élève quant à lui à 2.458,25€, soit environ 2.062€ net.

Salaire annuel moyen

Selon l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), le salaire annuel moyen au Luxembourg s’établit à 62.636$ en 2016, soit près de 50.769€. Le Grand-Duché se place ainsi en tête des 34 autres pays membres de l’OCDE, devant les États-Unis et la Suisse.

À noter, les salaires varient également fortement selon le secteur d’activité. Selon le Statec, le secteur des activités financières et d’assurance arrive en tête avec un salaire annuel moyen de 89.732€ en 2014. Celui-ci est suivi de près par l’enseignement avec une moyenne de 86.374€. En troisième position se trouvent les activités spécialisées, scientifiques et techniques avec un salaire de 76.444€ en moyenne par an.

Bon à savoir. Si on classe les secteurs selon le salaire médian, le classement change. Ainsi, l’enseignement arrive en tête suivi par les activités financières puis par l’administration publique.

Source : STATEC

 

Indexation des salaires

Généralement, le salaire est déterminé entre le salarié et l’employeur au moment de la signature du contrat de travail. L’indexation de salaire peut cependant impacter – positivement – le salaire de l’employé.

La dernière indexation des salaires a eu lieu en août 2018.

Imposition des revenus au Luxembourg

Au Luxembourg, la retenue d’impôt se fait à la source. Le revenu que perçoit le salarié est donc un revenu net.

Classe d’imposition

Les salariés ne sont pas tous logés à la même enseigne. Le taux d’imposition dépend ainsi de la classe d’impôt dans laquelle se trouve le contribuable. Elle varie en fonction des revenus et de la situation familiale.

Situation Sans enfant Enfants ayant droit à une modération d’impôt Âgé de 65 ans au 1er janvier de l’année d’imposition
Célibataire 1 1a 1a
Veuve ou veuf 1a 1a 1a
Lié par un partenariat, sur demande conjointe 2 2 2
Veuf/veuve bénéficiant de la période transitoire (3 ans) 2 2 2
Mariés imposés collectivement 2 2 2
Mariés, dont l’un des époux est un contribuable résident et l’autre une personne non résidente 1 1a 1a
Mariés, dont un des époux est un contribuable résident et l’autre une personne non résidente, sur demande conjointe, si l’époux résident réalise au moins 90% des revenus professionnels du ménage au Luxembourg et s’ils ne sont pas en rupture de la communauté de vie et d’intérêts 2 2 2
Mariés non résidents à condition d’avoir plus de 50% des revenus professionnels du ménage au Luxembourg et s’ils ne sont pas en rupture de la communauté 2 2 2
Mariés non résidents s’ils ne sont pas en rupture de la communauté 1a 1a 1a
Mariés non résidents en rupture de la communauté de vie et d’intérêts pour l’année fiscale 2016 comprise 1 1a 1a
Personne séparée ou divorcée 1 1a 1a
Séparé ou divorcé bénéficiant d’une période transitoire, soit trois ans 2 2 2

 

Le site impotsdirects.public.lu met en ligne un outil permettant de calculer en ligne afin de déterminer votre cote d’impôt dû.

Imposition collective ou individuelle ?

Les contribuables mariés peuvent choisir entre une imposition individuelle ou collective. Ainsi, ils peuvent, s’ils le souhaitent opter pour la classe d’imposition 1 ou 2.

Alors, quelle imposition choisir ? Pour aider les contribuables, le gouvernement a mis en ligne un simulateur pour permettre aux couples mariés – qu’ils soient résidents ou non – de choisir l’imposition qui leur est la plus favorable.

Réforme fiscale

Principaux changements

La réforme fiscale est entrée en vigueur le 1er janvier 2017. Alors, quelles sont les plus grands changements pour les personnes physiques ? En voici quelques-uns :

  • L’égalité de traitement

Les conjoints mariés ou pacsés, qu’ils soient résidents ou frontaliers (s’ils remplissent les conditions), bénéficient désormais du même régime d’imposition.

  • L’imposition individuelle sur option

Avec la nouvelle réforme fiscale, les conjoints mariés peuvent opter pour l’imposition individuelle. Cette possibilité est offerte aussi bien aux résidents qu’aux frontaliers.

  • Le renforcement de la lutte contre la fraude fiscale

La fraude fiscale est désormais différenciée selon son niveau de gravité. Ainsi, l’administration fait la distinction entre la « fraude fiscale simple » et la « fraude fiscale aggravée ».

La « fraude fiscale simple » est ainsi dépénalisée et désormais sanctionnée par une simple amende administrative. La « fraude fiscale aggravée » est quant à elle sanctionnée pénalement.

  • La promotion des véhicules verts

Avec la nouvelle réforme fiscale, les propriétaires d’un véhicule zéro émission bénéficient d’un abattement fiscal.

  • La facilitation de l’accès au logement

Le plafond de déduction des cotisations versées dans le cadre d’un contrat d’épargne-logement est augmenté pour les contribuables de moins de 40 ans.

Par ailleurs, les déductions des intérêts débiteurs liés à un prêt immobilier sont elles aussi augmentées.

  • La prise en compte des modèles familiaux

La réforme introduit la défiscalisation de la pension orphelin, l’augmentation du montant mensuel des rentes alimentaires, l’augmentation de l’abattement pour charges extraordinaires pour des enfants ne vivant pas avec le ménage…

  • Le renforcement du pouvoir d’achat des ménages 

Enfin, le pouvoir d’achat est renforcé par le biais de mesures concrètes comme l’abolition de l’impôt d’équilibrage budgétaire temporaire ou la révision du barème d’imposition.

Les crédits d’impôt pour salariés (CIS), pour pensionnés (CIP) ou pour les familles monoparentales (CIM) sont par ailleurs augmentés dans certains cas.

La valeur des chèques-repas passe par ailleurs de 8,40€ à 10,80€.

À noter, les revenus les plus aisés doivent quant à eux contribuer davantage, par solidarité.

Envie d’en savoir plus ? Le gouvernement a mis en ligne un site pour tout savoir sur la réforme fiscale.

Non-résidents mariés

La réforme fiscale, entrée en vigueur au début de l’année 2017, prévoit, à partir de l’année d’imposition 2018, un alignement du traitement fiscal des contribuables mariés, qu’ils soient résidents ou non.

À partir de l’année d’imposition 2018, les couples mariés non-résidents sont imposés selon la classe d’impôt 1. En d’autres termes, les époux sont désormais imposés séparément sur leurs propres revenus.

Toutefois, les couples mariés non-résidents peuvent, s’ils le souhaitent, être assimilés fiscalement à des résidents. Pour cela, au moins 90% de leurs revenus mondiaux doivent être réalisés au Luxembourg. Leurs revenus annuels de source non luxembourgeoise ne doivent quant à eux pas dépasser 13.000€. La demande doit cependant être faite conjointement.

Bon à savoir. Les frontaliers belges font exception. Pour bénéficier de la classe d’imposition 2, leurs revenus professionnels imposables au Luxembourg doivent être de 50% au minimum, et non 90%.

Résidents mariés

Avant la réforme, les couples mariés résidents étaient automatiquement soumis à la classe d’impôt 2. À partir de l’année d’imposition 2018, les contribuables résidents mariés peuvent désormais choisir d’opter pour l’imposition collective ou pour l’imposition individuelle.

Attention ! Pour bénéficier de l’imposition individuelle, la demande doit être faite conjointement par les deux époux.

Bonification et modération d’impôt

Modération d’impôt pour enfant

Conformément à l’article 122 LIR, les modérations d’impôt pour enfants sont bonifiées. Elles peuvent ainsi prendre différentes formes.

  • L’allocation familiale versée par la « Zukunftskeess » de la Caisse pour l’Avenir des enfants (CAE) ;
  • L’aide financière de l’État pour études supérieures versée par le Centre de documentation et d’information pour l’enseignement supérieur (CEDIES) ;
  • L’aide aux volontaires versée par le Service national de la Jeunesse (SNJ), conformément à la loi modifiée du 31 octobre 2007 ;
  • Le dégrèvement fiscal, accordé sur demande du contribuable par l’Administration des contributions directes (ACD) à condition qu’aucune autre modération n’ait été accordée.

À noter, la majoration des plafonds est également adaptée en fonction du nombre d’enfants. Il peut s’agir des plafonds des montants déductibles pour les intérêts en relation avec l’habitation du contribuable, les intérêts débiteurs d’autre nature, les primes d’assurances, les cotisations d’épargne-logement, les primes uniques en relation avec une assurance-décès temporaire à capital décroissant, souscrite en vue d’assurer le remboursement d’un prêt consenti pour l’acquisition d’un logement pour les besoins personnels d’habitation ou encore les pourcentages de revenu retenus pour le calcul des charges extraordinaires.

Bonification d’impôt pour indépendants

Les indépendants peuvent bénéficier, depuis l’année d’imposition 2009, d’un crédit d’impôt. Pour cela, un bénéfice commercial, agricole, forestier ou provenant de l’exercice d’une profession libérale doit être réalisé. Le droit d’imposition de ces bénéfices doit toutefois revenir au Luxembourg.

Pour bénéficier de la bonification d’impôt, certaines conditions doivent être remplies. Ainsi, la bonification d’impôt ne peut être cumulée ni avec le crédit d’impôt pour salariés ni avec le crédit d’impôt pour pensionnés. Elle est fixée à 300€ par année d’imposition – ou 25€ par mois. Elle est imputable et restituable exclusivement dans le cadre de l’imposition par voie d’assiette. Par ailleurs, elle n’entre qu’une seule fois en ligne de compte pour l’ensemble des revenus professionnels indépendants réalisés au cours de l’année d’imposition. Elle est généralement déduite de la cote d’impôt dû au titre de l’année d’imposition.

Bon à savoir ! Si, dans le cadre d’une imposition collective, le conjoint ou partenaire est affilié en tant que conjoint-aidant, deux crédits d’impôt pour indépendants peuvent être octroyés.

Crédit d’impôt pour pensionnés

Le crédit d’impôt pour pensionnés (CIP) est attribué à tout contribuable en possession d’une fiche de retenue d’impôts et réalisant un revenu résultat de pensions ou de rentes. Ces dernières peuvent venir d’une pension de retraite, des arrérages de rentes ou encore des allocations périodiques. Toutefois, leur droit d’imposition doit revenir au Luxembourg.

Ce crédit d’impôt est de 25 euros par mois, soit 300 euros par an. Elle n’est prise qu’une seule fois en compte pour l’ensemble des pensions et rentes du contribuable.

Crédit d’impôt pour salariés

Tout contribuable bénéficiant d’un revenu lié à une occupation salariée et dont le droit d’imposition revient au Luxembourg, peut bénéficier d’un crédit d’impôt pour salarié, également appelé CIS.

Le montant du crédit d’impôt varie selon le salaire brut. À noter, aucun crédit d’impôt n’est accordé aux salaires bruts de 80.000€ ou plus, soit 6.667 euros par mois ou 267€ par jour.

En savoir plus sur les crédits d’impôt.

Exemption et imputation de la double imposition juridique

En matière d’impôts directs, il existe des conventions fiscales internationales. Elles ont deux objectifs principaux, à savoir éliminer la double imposition juridique et développer les relations économiques entre les pays en éliminant les effets néfastes liés à la double imposition juridique sur l’échange de biens et de services, mais aussi les mouvements de capitaux, de technologiques et de personnes.

La double imposition juridique peut être supprimée soit par la méthode de l’exemption, soit par la méthode de l’imputation.

Attention, cette mesure ne concerne pas la double imposition économique ! Cette dernière signifie en effet que deux personnes sont imposables au titre du même revenu ou d’une même fortune.